La plupart des personnes qui ont du mal à suivre un régime ou diète parlent de leurs “journées off”. Elles sont persuadées que respecter leur régime la semaine peut les autoriser à être adeptes des cheatmeal week-end.

Nous allons voir que malheureusement ceci n’est pas bénéfique si ce n’est pas contrôlé.

Erreur commune du cheat meal

La mise en place du gros et gras cheat meal hebdomadaire n’est pas toujours une bonne idée. Exception faite à ceux qui ont un super métabolisme (du style très rapide et encore…).

Si vous suivez une diète stricte et un programme sportif, vous pouvez espérer perdre entre 250 et 500 g par semaine (intelligemment). En revanche, si vous faites de gros cheat meal, vous pouvez les reprendre très vite au cours d’un week end. En prise de masse, vous pouvez vous retrouver à prendre le double de masse graisseuse qui aurait dû être accumulée.

Mieux penser le cheat meal

Il existe des façons plus intelligente pour s’accorder un cheat meal durant votre programme alimentaire.

Pour commencer, raisonnez en terme de repas plaisir plutôt qu’en jour. Aucune régime digne de ce nom n’autoriserait des jours entiers de cheat meal associés à la malbouffe. En revanche, lorsque vous faites un régime perte de poids, s’offrir chaque semaine un petit repas plaisir est autorisé. C’est ce repas que l’on retrouve sous le terme cheat meal.

Pourquoi l’autorise-t-on ?

Le cheat meal est autorisé pour le booster psychologique qu’il procure. Cela permet de conserver la bonne humeur et la motivation en aidant à poursuivre le régime jusqu’à son terme. Il y a aussi un booster physiologique mais ce n’est pas le boost métabolique auquel vous pourriez penser.

L’effet psychologique que nous recherchons est en relation directe avec une hormone : la leptine.

La leptine est l’hormone qui régule la faim, le métabolisme, l’appétit, l’envie et la libido, entre autre.

Quand vous accusez un déficit calorique et perdez de la masse graisseuse, votre taux de leptine chute. Cela ralentit votre métabolisme, augmente votre appétit, réduit votre motivation et assombrit votre humeur. Ce qui n’est pas des plus agréables.

Quelle solution pour gérer son cheat meal ?

Durant un régime alimentaire la mise en place du cheat meal a des effets positifs.

Comme vu précédemment, la chute du taux de leptine a des conséquences. Il faut donc donner un boost à votre taux de leptine. Ainsi vous aurez des effets positifs sur :

  • l’oxydation des graisses corporelles
  • l’activité de la thyroïde
  • l’humeur
  • votre taux de testostérone.

Consommer des glucides est le meilleur moyen d’augmenter votre taux de leptine. Les protéines sont moyennement efficaces et les lipides ont peu d’incidence sur le taux de leptine. Attention : consommer de l’alcool a pour effet de le réduire.

Par conséquent, un bon cheat meal est

  • riche en protéines et en glucides
  • pauvre en lipides
  • sans alcool
  • ne vous apporte pas trop de calories sur la journée

Avoir consommé un cheat meal de quelques centaines de calories de plus que votre apport journalier ne pose aucun problème. Cependant, les problèmes ne tarderont pas si vous consommez plus de 1000 calories que celles dépensées sur la journée. Surtout si un gros pourcentage de ce surplus provient des lipides. Si on ajoute à cela un peu d’alcool le résultat ne sera pas jouissif. L’alcool inhibe non seulement la production de leptine, mais accélère également le stockage des lipides en graisses corporelles. Vous pouvez ruiner en un seul repas tous les efforts ou progrès réalisés sur une semaine.

Alors repensez votre cheat meal et faites-vous plaisir en restant focus sur votre objectif !

 

Sportivement,

 

A vos commentaires et/ou questions !

Recevez l'ebook les 4 mythes sur la perte de graisse

Inscris toi et reçois par mail ton ebook gratuit !!

Vous vous êtes enregistré avec succès

Share This